Les magazines, l'imaginaire du voyage et la culture moyenne au Canada, 1925-1960

À propos du projet

Ce site Internet fait partie du Projet « Les magazines, l’imaginaire du voyage et la culture moyenne au Canada, 1925-1960 » financé par l’« Arts and Humanities Research Council » depuis 2011 et ce jusqu’en 2013. Le Projet est également développé en étroite collaboration avec le Collaboratoire scientifique des écrits du Canada (CSÉC). Le site a été conçu pour donner un aperçu de six magazines canadiens qui relèvent de la culture moyenne : « Mayfair », « La Revue moderne », « Canadian Home Journal », « Chatelaine », « La Revue populaire » et « Maclean’s ». Tout écrit sur les différentes pages du site est la propriété intellectuelle du Projet « Les magazines, l’imaginaire du voyage et la culture moyenne au Canada, 1925-1960 ».

Sur le site, vous trouverez des informations sur l’histoire de la publication de chaque magazine, présentées de façon narrative et dans une ligne du temps. Sont également ajoutées progressivement des informations sur les auteurs, dont les bibliographies de leurs publications dans les six magazines retenus. Pour chaque magazine est présent un numéro, ainsi que quelques articles, illustrations et couvertures, tables des matières et publicités. En outre, sont non seulement à votre disposition des lignes du temps interactives mais aussi une carte qui vous fera découvrir les destinations de voyage à différentes périodes. Enfin notre travail d’inventaire des données fournies dans les tables des matières des magazines nous permettra de contribuer à une base de données sur les titres choisis, qui sera exploitable en ligne sur le site du CSÉC.

Les découvertes issues de ce Projet sont aussi parues dans un livre, un numéro thématique et des articles de séminaire. La recherche porte d’une part sur l’hypothèse que le voyage fait partie du psychisme avide de la culture moyenne  - comme il est symbole de réussite, de culture générale, d’un certain savoir-faire et de ressources personnelles, et d’autre part sur l’hypothèse que les magazines ont joué un rôle déterminant entre le voyage et la mobilité croissante. En nous concentrant sur le marché des périodiques canadiens, qui se situe entre les magazines à petit tirage et la presse à sensation ou à scandale de masse, nous souhaitons étudier les stratégies que les publicitaires, les auteurs d’éditorial et de fiction emploient pour présenter le voyage comme une façon de se démarquer et d’être cosmopolite. Le Projet examine comment les magazines habituellement associés à la vie de famille, comme par exemple « Canadian Home Journal » et « La Revue populaire », véhiculaient en fait une expérience indirecte de l’étranger. Par ailleurs, nous émettons les hypothèses que les publications conservatrices de la culture moyenne avaient pour souci de rendre l’étranger moins effrayant. En effet, elles favorisaient les villes telles que Londres, Paris et New York, qui semblaient allier une certaine sophistication, introuvable au Canada, et le sentiment de familiarité issu d’une histoire et d’une langue communes.

Nous avons sélectionné les six titres présentés ici en raison des aperçus pertinents qu’ils peuvent offrir sur le développement de la culture moyenne. Ces magazines étaient à leur apogée entre 1925 et 1960. Et ce n’est pas une coïncidence. Nous soutenons que les textes et les goûts propagés par ces magazines ont participé à l’émergence de la culture moyenne. Et la culture moyenne est un domaine d’étude interdisciplinaire particulièrement excitant. L’expression remonte à 1925 quand Punch a défini les personnes sans grandes prétentions intellectuelles, les « middlebrows », comme « des personnes espérant qu’un jour elles se feront aux choses qu’elles se doivent d’apprécier ». De nos jours, des historiens culturels, des spécialistes d’imprimé, et des critiques littéraires, de film, d’art et de musique – dont plusieurs se sont rencontrés et ont collaboré via le réseau Middlebrow Network, sont impliqués dans la réévaluation des institutions de la culture moyenne dans le cadre de débats sur les goûts, la classe sociale et la transformation personnelle. D’importantes discussions tournent autour du fait de savoir si l’expression de « culture moyenne » se situe du côté de la création culturelle ou si elle se situe seulement du côté d’un public réceptif et de ses pratiques. Cette expression contestée porte en elle très précisément le « bagage culturel » qui nous intéresse.

Rechercher:
 
Arts and Humanities Research CouncilUniversity of Strathclyde CWRC