Les magazines, l'imaginaire du voyage et la culture moyenne au Canada, 1925-1960

Magazine: Chatelaine
Années de tirage: 1928-présent
Ville de publication: Toronto
Editeurs: Maclean Publishing Company (1928-1945); Maclean-Hunter Publishing Company (1945-1960); actuellement publié par Rogers Communcations
Langue: Anglais

Documents téléchargeables:
Sommaire, Juin, 1928. PDF (~1mb)
Sommaire, Janvier, 1929. PDF (~1mb)
Sommaire, Janvier, 1930. PDF (~1mb)
Sommaire, Novembre, 1931. PDF (~1mb)
Index des publicitaires, Novembre, 1931. PDF (~1mb)
Index des publicitaires, Mars, 1934. PDF (~1mb)
Index des publicitaires, Decembre, 1935. PDF (~1mb)
Numéro complet, Juin, 1928. PDF (23.5mb) Etant donné que le document PDF contient des liens internes, il est optimisé pour un affichage dans Adobe Reader (Win/Mac) ou Preview (Mac). Faites un clic droit sur le document PDF à télécharger et de le voir de cette façon.

Chatelaine (1928 -) s’est avéré être le troisième et dernier titre de la compagnie d’édition Maclean, lancé dans les années 20. Il est arrivé dans les maisons et dans les kiosques en mars 1928, quatre ans après Canadian Homes and Gardens et seulement dix mois après la sortie de Mayfair. Comme ses deux prédécesseurs, Chatelaine avait un objectif clair et précis : répondre aux besoins de la femme canadienne. Tandis que le contenu éditorial recourait à des termes plutôt généraux, parlant de son désir d’atteindre un lectorat sur l’ensemble du territoire, qu’il vive dans des fermes recluses ou dans des centre-ville, implicitement il était admis que la femme canadienne était blanche, issue de la classe moyenne et hétérosexuelle, et que ses préoccupations majeures étaient son couple, l’éducation de ses enfants et l’entretien de sa maison. Alors que ces caractéristiques étaient les principaux intérêts du magazine, Chatelaine a aussi estimé que son lectorat correspondait à des femmes se souciant de leur santé et de leur beauté, et souhaitant être informées des derniers évènements et prendre part aux activités culturelles du Canada.

Byrne Hope Sanders a dirigé le magazine de 1930 à 1952. Sous sa direction, Chatelaine s’est concentré sur l’univers domestique, or beaucoup d’articles et de publicités dans Chatelaine se détournent de la maison pour parler de voyages non seulement en Europe mais aussi au Canada. En outre, ces articles ont rarement abordé le voyage comme une fantaisie, contrairement à ce qui peut être lu dans Mayfair. En effet, ils ont davantage porté sur ce que doit faire une femme et mère de famille en vue des vacances, et ont offert des conseils sur tout, du vaccin des enfants à la préparation des valises en passant par l’organisation des repas. Ces écrits ont plus mis l’accent sur le budget que sur l’extravagance.

Au tout début un exemplaire de Chatelaine coûtait dix cents canadiens et ce prix n’a pas augmenté avant 1950 quand il est passé à quinze cents. Du jour de sa création jusqu’aux années 60, la diffusion de Chatelaine n’a pas cessé de s’amplifier d’année en année, passant de 57 000 abonnés en 1928 à 122 000 en 1930 puis 180 000 en 1935. En 1951, le magazine s’écoulait à 374 000 exemplaires et ce nombre est passé à 400 000 en 1953. En 1958, Chatelaine a fusionné avec son rival Canadian Home Journal portant ainsi la diffusion totale à presque 746 000  exemplaires. La fusion a eu lieu peu de temps après la nomination de Doris Anderson à la tête du magazine Chatelaine. Elle est ainsi devenue la directrice du seul magazine pour femmes au Canada, position qu’elle a occupée de 1957 à 1977. Comme tout un chacun le sait, elle a repensé le contenu de Chatelaine pour en faire un périodique dévoué à la seconde vague de féminisme, s’assurant que le magazine correspondait à son temps et ainsi continuait d’attirer des lectrices. Après le départ d’Anderson, Chatelaine est devenu beaucoup plus frivole, se penchant énormément sur la cuisine, la santé et la beauté.

Pour des références complètes, veuillez, s’il vous plaît, consulter notre Bibliographie

Veuillez, s’il vous plaît, consulter notre ligne du temps pour en apprendre plus sur les rédacteurs / rédactrices en chef et propriétaires de Chatelaine.

Accès au magazine

Les bibliothèques qui détiennent des exemplaires de Chatelaine sont les suivantes : la Bibliothèque et Archives Canada (un tirage relativement complet et en bon état, en volumes reliés, archivé dans les ‘Special Collections’), la bibliothèque « Thomas Fisher Rare Book Library » de l’Université de Toronto (un tirage presque complet en volumes reliés), la bibliothèque « Robarts Library » de l’Université de Toronto (des numéros assortis non reliés, en piteux état mais facilement accessibles) et enfin la bibliothèque « Toronto Reference Library » (tirage incomplet). Des exemplaires sont disponibles sur microfilms dans plusieurs bibliothèques scientifiques canadiennes.

  • Chatelaine, July 1929, cover.
    Juillet 1929
  • Chatelaine, August 1929, cover.
    Août 1929
Rechercher:
 
Arts and Humanities Research CouncilUniversity of Strathclyde CWRC