Les magazines, l'imaginaire du voyage et la culture moyenne au Canada, 1925-1960

Magazine: Maclean's
Années de tirage: 1911-présent
Ville de publication: Toronto
Editeurs: Maclean Publishing Company (1928-1945); Maclean-Hunter Publishing Company (1945-1960); actuellement publié par Rogers Communcations
Langue: Anglais

Documents téléchargeables:
Sommaire, 15 Avril, 1926. PDF (~1mb)
Sommaire, 1 Février, 1928. PDF (~1mb)
Sommaire, 1 Mars 1929. PDF (~1mb)
Sommaire, 15 Mars, 1930. PDF (~1mb)
Sommaire, 1 Mai, 1930. PDF (~1mb)
Numéro complet, Maclean's, 1 Avril, 1932. PDF (21mb) Etant donné que le document PDF contient des liens internes, il est optimisé pour un affichage dans Adobe Reader (Win/Mac) ou Preview (Mac). Faites un clic droit sur le document PDF à télécharger et de le voir de cette façon.

Maclean’s (1911-) fut le tout premier magazine commercial de l’éditeur John Bayne Maclean. Ce dernier s’était imposé comme brillant éditeur de revue spécialisée et Maclean’s s’avéra être non seulement le premier d’une série de magazines à succès orientés vers les consommateurs (Mayfair, Chatelaine et Canadian Homes and Gardens étant les autres) mais aussi son périodique phare. En effet, il a attiré de grands auteurs littéraires (Martha Ostenso, Morley Callaghan, Stephen Leacock, Thomas Raddall), de grands artistes (A.J. Casson, Arthur Lismer et J.E.H. MacDonald) et des rédacteurs en chef bien en vue (Scott Young, Blair Fraser, Pierre Berton, W.O. Mitchell). Et il a aussi offert l’analyse la plus poussée de l’actualité et d’évènements chers aux Canadiens. En conséquence, le magazine présente un mélange fascinant de prestige culturel et de consumérisme.

Avant d’être acheté par Maclean en 1905, c’était un périodique mensuel intitulé The Business Magazine, publié par une agence de publicité. Il s’est ensuite appelé The Busy Man’s Magazine en 1906. Avant 1910, le magazine republiait des articles issus d’autres journaux professionnels, puis, à partir de 1910, il a commencé à inclure ses propres articles, mandatés par Maclean.  En 1911, le magazine a été rebaptisé du nom de Maclean’s et a commencé à cibler un plus large public. En fait, Maclean’s n’était plus simplement destiné à des professionnels mais devenait un magazine grand public avec des rubriques conçues pour plaire aux lectrices. Cette attraction était cruciale car il existait une pression croissante au sein de l’industrie du magazine grand public. Attirer des publicitaires permettait de maintenir le budget de production à flots, et ces derniers étaient en quête d’un public féminin car leurs études révélaient que la plupart des achats étaient faits par les femmes. Parallèlement, Maclean’s a su rester attentif aux questions relevant de l’identité canadienne. En privilégiant ce thème, il se distinguait de ses concurrents américains et ainsi pouvait avoir la garantie d’une liste solide d’abonnés au Canada.

Maclean’s fut publié deux fois par mois à partir du 1er février 1920. À l’époque, il se targuait de compter 70 000 abonnés (Sutherland 143) puis au début des années 30, il inscrivait sur ses couvertures qu’il diffusait 130 000 exemplaires. Au cours de la décennie suivante, la diffusion a régulièrement augmenté pour dépasser le quart de million en 1945, année où Maclean’s a publié le carnet de voyage ‘8000 km à travers le Canada’ du grand journaliste et politicien Beverley Baxter. Comme beaucoup de magazines grand public, Maclean’s a rencontré des difficultés dans les années 50 car les publicitaires et les lecteurs se sont de plus en plus tournés vers la télévision. Mais l’adoption d’un format de magazine d’actualités dans les années 60 a revitalisé le périodique et il continue toujours d’être publié comme hebdomadaire aujourd’hui.

Quant au voyage, Maclean’s vantait fréquemment le côté spectaculaire et plaisant du voyage à l’étranger, mais en fait le voyage était le plus souvent associé au nationalisme et les lecteurs étaient fortement invités à visiter le Canada. Par exemple, un article de Fred Bodsworth dans le numéro du 11 juin 1951 déclarait que faire du camping en tente était la meilleure façon de partir en vacances (32), et encourageait les familles à le faire car c’était à la fois économique et aventureux. Il était également demandé aux lecteurs de partager leurs photos de voyage. Pour le numéro du 15 juin 1930, Maclean’s a reçu plus de 6 000 photos en réponse à un appel à photos de vacances (84). Les rédacteurs ont choisi les plus représentatives pour leur album-photos d’été qui a fait voyager les lecteurs d’un bout à l’autre du Dominion. L’article offrait une histoire à travers des images du Canada, suscitant chez les lecteurs un sens de la communauté, un paysage partagé et une appartenance à ce qui ostensiblement était leur magazine.

Cette page a été informée par « Maclean's: The First 100 Years », par Aston et Ferguson, sur le site de Maclean's:
http://www2.macleans.ca/about-macleans/macleans-the-first-100-years/

Pour des références complètes, veuillez, s’il vous plaît, consulter notre Bibliographie

Veuillez, s’il vous plaît, consulter notre ligne du temps pour en apprendre plus sur les rédacteurs / rédactrices en chef et propriétaires de Maclean’s

Accès au magazine

Pour la période allant de 1925 à 1960, un tirage relativement complet est disponible dans la bibliothèque « Thomas Fisher Rare Book Library » (Université de Toronto). Des coffrets de microfilms contenant le tirage complet de Maclean’s sont disponibles dans plusieurs bibliothèques au Canada.

  • Cover. Maclean's, 15th June, 1925.
    15 Juin 1925
  • Cover. Maclean's, 15 July, 1929
    15 Juillet, 1929
  • Cover. Maclean's, 15th June, 1930
    15 Juin, 1930
  • Cover. Maclean's, 1st August, 1931
    1 Août, 1931
Rechercher:
 
Arts and Humanities Research CouncilUniversity of Strathclyde CWRC