Presenting Canada to the Scientific Gaze: The 1884 Annual Meeting of the British Association for the Advancement of Science in Montreal and the Excentricity of Scientific Tourism

Peter Hodgins, professeur adjoint
École d’études canadiennes
Université Carleton

Fondée en 1831 pour défier la domination de la Royal Society conservatrice et exclusive, la British Association for the Advancement of Science (BAAS) s’était imposée au milieu du XIXe siècle comme l’association scientifique la plus importante et la plus innovante au monde. Parmi ses nombreuses innovations figurait le caractère péripatéticien de ses réunions annuelles – alors que la Royal Society se réunissait chaque année à Londres, la BAAS les organisait chaque année dans une ville britannique différente dans le cadre de son engagement plus général envers la sensibilisation et l’engagement du public. En 1883, il décide de tenir son assemblée annuelle pour la première fois dans une ville au-delà des îles britanniques : Montréal. Le gouvernement canadien naissant a sauté sur cette occasion de reconnaissance impériale et internationale et a promis des fonds pour aider à défrayer une partie des coûts des voyages intercontinentaux, a organisé le passage gratuit pour l’été sur le système ferroviaire national fraîchement construit, a fourni l’hébergement et des repas subventionnés pour tous. rendre visite aux membres du BAAS. En raison de cette générosité, l’adhésion à la BAAS s’est multipliée, car de nombreuses personnes se sont jointes simplement pour profiter de voyages bon marché vers et à l’intérieur du Canada. Cependant, même après que l’Association ait pris des mesures pour limiter ceux qui pouvaient bénéficier de l’offre aux membres «légitimes», près d’un millier de scientifiques britanniques et leurs familles ont traversé l’océan en 1884 pour visiter le Canada.

Le gouvernement canadien et les autorités locales ont également publié et distribué une série de manuels pour les scientifiques-touristes britanniques. Celles-ci ont commencé, un peu comme les guides Lonely Planet le font aujourd’hui, avec des informations sur l’histoire, la géographie, la démographie, la culture, l’économie, etc. du Canada ou de la région, puis leur ont fourni des itinéraires pré-planifiés. Ces itinéraires et leurs descriptions suivaient souvent ce qui est devenu le discours central de la promotion touristique canadienne : les villes du Canada, bien que petites et encore un peu rugueuses, étaient décrites comme des centres cosmopolites émergents tandis que les régions rurales du Canada alternaient entre des scènes d’une beauté naturelle sublime et des spectacles d’exotisme antimoderniste/de nostalgie impérialiste tels que des spectacles de danses du soleil indigènes ou du violon traditionnel québécois. Cependant, sans doute peut-être parce que ces visites étaient organisées pour des scientifiques, les manuels contiennent également ce qui semble au touriste contemporain occasionnel être un excès de détails statistiques, historiques naturels et ethnologiques et des itinéraires déroutants qui comprenaient, par exemple, des visites d’usines et de mines à ciel ouvert. Cette combinaison d’excès informationnel et de parcours erratiques semble perturber une lecture facile de cette organisation de l’espace canadien à la manière du « regard touristique » d’Urry ou des arguments McKay/Jessup sur le caractère antimoderniste du discours touristique canadien.

Dans cet article, je veux essayer de démêler le caractère excessif et erratique de ces guides en lisant attentivement (a) les documents de planification existants produits à la fois par le BAAS et le gouvernement canadien en préparation de la réunion de Montréal; (b) les manuels touristiques produits par les agences nationales et locales ; et (c) les comptes rendus écrits produits par les membres du BAAS au sujet de leur voyage au Canada. S’il se pourrait bien que leur caractère déroutant soit fonction de leur public cible, je soupçonne que cela a aussi quelque chose à voir avec leur confusion ou ambiguïté générique. Afin de poursuivre cette dernière possibilité (et je ne suis pas sûr d’avoir le temps de le faire d’ici mai), j’aimerais également lire ces manuels en relation avec, d’une part, les conventions génériques de gouvernement l’écriture promotionnelle et informative de l’époque et, d’autre part, au genre commercial naissant du guide touristique.

Comments

No comments yet. Why don’t you start the discussion?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.